L'orphelinat (2008)

Réalisateur : Juan Antonio Bayona
Genre : épouvante fantastique
Titre original : El Orfanato (Espagne/Mexique)
Année : 2008



"Ne racontez pas la fin"

J'ai envie de le faire, ne poursuivez pas la lecture si vous aimez garder le suspens.

L'histoire :





















Laura
(Belen Rueda) décide de rouvrir l'orphelinat abandonné où elle a passé son enfance , elle s'y installe avec son mari Carlos (Fernando Cayodans) et leur fils adopté Simón (Roger Príncep) âgé de 7 ans, ayant pour but d'en faire un foyer d'accueil pour enfants handicapés, qui eux aussi "ont besoin d'amour et d'affection".



En attendant l'ouverture du foyer, Simón et sa mère s'amusent bien ensemble, ils sont très proches, ils lisent l'histoire de Peter Pan et Simón avoue même à sa mère qu'il ne sera jamais grand, comme les nouveaux amis qu'il s'est fait dans la maison.


Le jour où il se promène avec sa mère sur la plage proche, il rencontre dans une grotte un enfant pour lequel il sème des coquillages le long du chemin. C'est le jeu de la chasse au trésor, quand on le trouve, on peut faire un voeu. Le jeu consiste à remplacer un objet dans son environnement par un autre et ainsi de suite, jusqu'à atteindre le trésor. Troublée, Laura entre malgré tout dans la quête de son fils, persuadée que Simón invente tout.

Un jour, débarque une certaine Benigna (Montserrat Carullaors) qui affirme qu'il existe un nouveau traitement pour Simón. Laura la chasse, nous comprenons que Simón est atteint du VIH et qu'il l'ignore.
Le jour de la réception organisée pour les futurs pensionnaires arrive : Simón désire montrer à sa mère la maison de son nouvel "ami" Tomas (Oscar Casas), mais Laura, très énervée n'a pas le temps de jouer et délaisse Simón avant de retourner à sa réception.
Apparaît au bout d'un couloir un enfant qu'elle pense être Simón, mais celui-ci l'agresse

et l'enferme dans la salle de bain.


Epouvantée, Laura cherche son fils partout dans la maison, qui grince, vacille, tambourine, en vain.

Simón ne réapparaît pas.

Les mois passent et son entourage lui enjoint d'accepter que son fils est mort. Un jour, elle reconnaît dans la rue Benigna juste avant que celle-ci ne se fasse écraser. Nous apprenons que c'est l'ancienne nurse de l'orphelinat dont Laura n'a gardé aucun souvenir. Etrange amnésie...

Celle-ci avait un fils m
alformé Tomas qui est noyé, victime d'une méchante plaisanterie des autres enfants qui l'avaient laissé dans la fameuse grotte sur la plage en lui ôtant le capuchon qui masquait sa tête déformée. N'osant sortir "au grand jour", la marée avait monté et Tomas s'est laissé noyé.

Laura ne peut accepter que son fils disparu est mort et elle accepte qu'une médium Aurora (Géraldine Chaplin) étudie la maison qui semble cacher des secrets et peut-être des fantômes.

Après sa transe, Aurora explique qu'elle a vu des enfants terrifiés, enfermés quelque part, qu'ils sont encore là car ils ne peuvent faire le deuil de leur mort.
Aurora : "Quelque chose d'affreux est comme une blessure, un écho, la marque d'un pansement".
Aurora encourage Laura à tout faire pour retrouver son fils.

Laura, déterminée, le cherche partout. Elle entreprend de sonder les recoins de la maison. Elle finit par découvrir les squelettes d'enfants morts depuis plusieurs années. Nous supposons que Benigna, la nurse, s'est vengée de la mort de son fils en tuant les autres enfants de l'orphelinat, exeptée Laura bien entendu.

Laura, certaine de retrouver son fils, demande à rester seule 2 jours dans la grande maison et entreprend de faire un jeu de piste à son tour. Pour attirer les enfants perdus qui hantent l'orphelinat, elle décore la maison "comme avant". Elle reconstruit la chambre des enfants telle qu'elle l'a connue : lits aux montants de fer, courtepointes fleuries. Elle leur prépare un goûter identique à ceux de l'époque, avec des tartes aux mûres. Elle joue à 1-2-3 Soleil. Elle se retourne, ils sont là, derrière elle, apprivoisés.

Ils lui montrent la piste, celle-ci la mène à la cave. Sur un mur, plusieurs affiches, on aperçoit celle d'un insecte, un cafard, peut-être. Le symbole de la transformation...

Elle trouve Simón, mort au bas des escaliers. Laura, épouvantée, comprend qu'il est là depuis le jour de la fête d'accueil des pensionnaires, qu'il y a été enfermé, et que c'est elle qui en est à l'origine.

Folle de douleur, Laura avale des médicaments, nous comprenons qu'elle s'empoisonne. Elle meurt.

Tout bascule, Simón se redresse, il lui demande avec sa petite voix s'il peut se réveiller de la même manière qu'il lui posait la question autrefois quand sa mère lui donnait un baiser.

Alors tous les enfants apparaissent, Simón et Laura sont de nouveaux réunis, dans leur propre univers. Simón fait un voeu : que Laura devienne leur Wendy à eux, les pauvres enfants perdus de l'orphelinat, pour toujours...

Ceux-ci avancent autour de la mère et du fils, ce sont les anciens compagnons de Laura, ils s'enthousiasment de son retour, la petite fille aveugle lui touche le visage et s'écrie : "c'est Laura", tous les enfants sont heureux, ils sourient et moi je pleure à chaudes larmes (no comment)...

Mon avis :
Je suis toujours fascinée, sous l'emprise, sous le charme, et dans la tourmente de ce genre de film : ma fibre maternelle est largement ébranlée ! J'aime cette pénétration, cette plongée dans nos hantises. J'ignore pourquoi, sans doute le besoin de projeter des pensées noires intimes sur d'autres écrans. Ce film m'a rappelé L'échine du Diable (pas étonnant me direz-vous pour celles et ceux qui l'ont vu), mais aussi dans une certaine mesure à Dark water de Hideo Nakata (le film de 2002), et, dans une certaine mesure, mais uniquement pour la parabole de la fin du film, au labyrinthe de Pan, pour la seconde vie dans l'au-delà, plus belle et réconfortante que la réalité...

Il y a d'autres références que je n'énumère pas car
je n'ai songé qu'à ses deux films, mais l'on trouve facilement des avis et références sur internet.

Je n'ai pas trop aimé le moment où Benigna se fait écraser : l'incrustation de l'explication de son rôle dans l'histoire me semble maladroitement réalisée.

Sinon, je crois que ce film va longtemps faire partie de moi, mais ne me plaignez pas car sa présence ne me fait pas peur : elle me réconforte.



Le site officiel

Les photos viennent du site Allociné

5 commentaires:

  1. Je ne lis pas ton article donc car je veux garder le suspense mais je suis furieuse d'avoir oublier de l'enregistrer ce week-end alors que j'en avais la possibilité. Je vais devoir l'acheter en DVD car il me fait très envie.

    RépondreSupprimer
  2. tu ne le regretteras pas Isil, dans le même genre, essaie de voir pour le film l'échine du diable, un film très bon dont on se souvient longtemps...

    RépondreSupprimer
  3. Ce film avait tout pour séduire ma fibre fantastico-cinéphile. Et pourtant, le scénario me pose un problème dans sa partie finale. Je n'arrive pas à intégrer dans l'histoire que vit Laura le noeud que constitue la disparition de son fils et les conditions peu crédibles dans lesquelles elle le retrouve. Je ne vois pas le rôle que joue dans le film la disparition du fils. Le sens de l'oeuvre donc m'échappe. Cela reste un très beau film, mais bancal selon moi. Dans le même genre -fantastique littéraire "à l'ancienne", je lui préfère "Full circle" de Richard Loncraine (1978) et "The changeling" (1979) de Peter Medak.

    RépondreSupprimer
  4. La disparition du fils est, à mon sens, la porte ouverte vers l'autre monde, un monde où Laura, entrée dans un chemin intérieur de "retour aux sources" (elle décide d'habiter l'orphelinat de son enfance) qui ouvre un gouffre avec la disparition de son fils. Au final, elle et lui restent ensemble, dans une certaine mesure, si l'on croit à un "au-delà" qui ressemble à la vie, et c'est la père qui souffre éternellement. C'est le perdant de l'affaire je trouve. C'est sans doute pour cela que je trouve ce film si touchant.

    RépondreSupprimer
  5. nous on a regarder le film en cours d'espagnol =) je n'avais pas trop envi de le voir mais en commencant a le regarder il faut absolument voir la fin on c'est rreter au moment ou laura rencontre les 5 enfants en jouant a un deux trois soleil

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension