Star Trek Voyager - Le pourvoyeur (1995)

Réalisateur : Winrich Kolbe
Genre : science fiction
Année : 1995


L'histoire :
Ce véritable film est le pilote d'une série qui dura de 1995 à 2001.

Au cours d'une mission de sauvetage dans les Badlands, l’U.S.S. Voyager NCC-74656 se retrouve emporté à des millions d'années-lumière. Tandis que le vaisseau se retrouve en orbite autour d'une planète qui semble déserte, l'équipage subit des examens cliniques. La planète qui est inhabitable en surface, recèle en fait une gigantesque cité souterraine évoluée qui reçoit son énergie d'un étrange vaisseau appelé le pourvoyeur.

Dans le vaisseau réside une étrange créature, un nacène, un être de nature sporocystiène en fin de vie qui cherche à se reproduire. Hélas pour lui, aucune forme biologique n'est compatible avec son modèle biomoléculaire et il est voué à disparaître.

Sans énergie, la planète des Ocampa va elle aussi disparaître.

Mon avis :
Je n'irai pas par quatre chemin pour réaffirmer mon inconditionnel penchant pour le fantastique, aussi kitch et ringard soit-il. A moi donc les séries telles que Cosmos 99 ou Star Trek.

J'aime beaucoup la série des Voyager, avec la belle et efficace Kathryn Janeway (Kate Mulgrew) qui commande Voyager.

5 commentaires:

  1. Et monsieur Spoke? Il y est monsieur Spoke? avec ses grande oreilles?

    RépondreSupprimer
  2. non Vincent, il est mort à cette époque, et oui, il n'est pas éternel :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui!! on a fait un bon en avant!!
    avec la même ambiance?
    les effets spéciaux doivent avoir évolués Kâmême.

    RépondreSupprimer
  4. Vincent : cette série est tout simplement "géniale" : j'adooooooooooore :)

    RépondreSupprimer
  5. J'avoue une certaine préférence pour la série originale de Star Trek, tellement kitch (mais c'est justement ce qui est si plaisant). Et puis, je suis attaché au capitaine Kirk, à Spok, McCoy, Scotty, Uhura, Sulu, Chekov.

    J'ai été moins captivé par les différentes suites, dont les effets spéciaux sont certes plus réussis, mais qui n'ont pas le charme désuet de l'original. C'est peut-être aussi parce que je ne les ai pas regardées avec les yeux de l'adolescent que j'étais en découvrant la toute première série...

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension