Mulholland Drive (2001)


  • Réalisateur : David Lynch
  • Genre : drame - fantastique
  • Année : 2001

L'histoire

Diane, une jeune comédienne arrive à Hollywood où elle espère devenir une actrice reconnue. Sa rencontre avec Camilla, une comédienne dont elle tombe amoureuse, va l'entraîner vers une histoire fatale.


En savoir plus
Le film présente en fait plusieurs couches de réalités qui se pèlent comme on le ferait avec un oignon. Il y a même des rêves dans le rêve.

Le film débute par un rêve, nous ne le comprenons qu'au fur et à mesure, lorsque des éléments incongrus se révèlent. Les personnages que l'on y voit n'ont pas la même identité que dans la réalité, les prénoms sont brouillés comme si l'on avait mal distribué les cartes.

Dans son rêve, Diane Selwyn (Naomi Watts, la blonde) s'imagine être une certaine Betty, elle se voit arriver à Hollywood en compagnie d'un charmant petit couple de vieillards qui lui ont tenu compagnie et qui lui font leurs adieux devant la gare.

S'ensuivent alors plusieurs séquences plus ou moins mystérieuses qui mettent en place les personnages. Comme dans un rêve, certains sont principaux, d'autres secondaires et sont comme des bruits de fond, des failles dans la conscience malmenée de celle qui dort.

A son réveil, notre dormeuse lève un peu certains voiles sur son histoire : sa relation homosexuelle avec la beauté fatale Camilla Rhodes

une femme qui n'hésite pas à s'afficher avec le réalisateur qu'elle va épouser, ou qui se laisse embrasser par une autre actrice sous ses yeux

La coupe est pleine... La pauvre Diane va jouer le dernier acte de sa vie.




Mon complément
Je préviens de suite : j'aime David Lynch, alors évidemment, j'ai trouvé dans ce film de quoi contenter ma curiosité de spectatrice, même si je suis d'accord avec le fait reconnu que ce film n'est pas facile. Tout d'abord, le récit n'est pas linéaire, il est comme les circonvolutions du cerveau : il prend des raccourcis ou bien il fait des détours. Il y a des surprises, beaucoup de questions, peu de certitudes.

L'ensemble donne un drame à plusieurs actes qui ne sont pas tous dans le même plan et qui sont parfois imbriqués les uns dans les autres, il y a donc beaucoup de scènes de référence, et comme le petit poucet, Lynch sème quelques marques de fabrique ici et là.

Ce qui suit révèle l'intrigue (clefs et/ou interprétations personnelles sur le film)



I/ Première partie : un mini condensé du film
Diane rêve. Elle arrive dans une belle résidence, censée être celle où une certaine tante Ruth, actrice elle aussi, qui lui laisse le loisir d'habiter son appartement durant un tournage. Betty croise la concierge Madame Lenoix que tout le monde appelle "Coco" et découvre dans la salle de bain une inconnue (amnésique), qui finit par lui dire qu'elle s'appelle Rita parce que l'inconnue, paniquée, a vu une affiche de Rita Hayworth.
Le personnnage de Rita (Laura Harring) est mis en scène en fait dès le début du film, lorsqu'on la voit victime d'un accident de voiture et trouver refuge dans l'appartement vide.

Autre séquence, l'équipe d'un film se trouve dans une salle de réunion. Deux hommes arrivent, les Castigliane, ils imposent le choix de l'actrice principale, une certaine Camilla Rhodes. Un homme, Monsieur Roque, semble suivre la scène depuis une étrange pièce.
Adam Kesher, le réalisateur, semble outré de ce manège, il refuse de participer à cette manipulation et insiste pour choisir lui-même son actrice principale. Il est un peu plus tard abordé par un mystérieux cow-boy qui le menace de mort mais qui lui laisse entendre qu'il peut changer son destin s'il fait le bon choix.
Rita/Diane avoue à Betty qu'elle est amnésique. Dans son sac à main, elles deux femmes découvrent une étrange clef bleue que les deux femmes décident de cacher dans un carton à chapeau.


Le rêve suit son cours, Rita retrouve son véritable nom en allant dans un bar et le prénom "Diane" sur le badge de la serveuse. Diane est le prénom de Rita.
Betty passe son audition, elle est performante, mais on apprend qu'elle n'a pas le rôle, qu'une certaine Camilla Rhodes a été choisie à sa place.

Betty et Diane/Rita décident de se rendre à l'adresse mentionnée dans l'annuaire au nom de Diane, elles trouvent un cadavre sur le lit. Diane pense alors qu'elle est recherchée par des tueurs, Betty l'aide à se transformer grâce à une perruque blonde.

"On dirait vraiment quelqu'un d'autre"
Plus tard, Betty invite Diane dans son lit, les deux femmes deviennent amantes.

Au milieu de la nuit, toujours dans le rêve, Diane oblige Betty à aller dans un étrange théâtre, où le présentateur indique :
  • qu'il n'y a pas d'orchestre (pas de chef d'orchestre ==> pas de cerveau = place à la folie ?)
  • que tout ceci est un enregistrement (encore une piste pour nous indiquer que ce que nous voyons est une information qui peut être déformée de la réalité, falsifiée).
Les deux femmes semblent en proie à une immense tristesse.
Une boîte bleue est découverte dans le sac à main de Betty : la clef qu'elles ont cachée dans le carton à chapeau en permet-elle l'ouverture ? De retour à la maison, la clef ouvre effectivement la boîte qui est vide et qui tombe par terre.


Le bruit de la boîte qui tombe franchit la frontière entre rêve et réalité, on aperçoit la tante Ruth qui entre dans l'appartement (ah bon, elle est revenue ? mais non, c'est un clin d'oeil...).

Le cow boy vient réveiller notre rêveuse.

Le film se poursuit avec de vraies-fausses réalités, des sortes de flash-back, que la mise en scène de Lynch permet de distinguer (j'en parle dans la deuxième partie).

On frappe à la porte. Diane doit rendre des affaires, de la vaisselle à une voisine, on suppose qu'il y a eu échange d'appartement. La voisine réclame sa lampe, sa vaisselle et récupère un cendrier qui trône sur la table du salon. Une fois la voisine partie, Diane qui ne semble pas dans son assiette se fait un café qu'elle ne boit même pas, puis elle croit voir son amie mais c'est une hallucination qui la met dans un état désespéré (on comprend après pourquoi).
Le film se poursuit avec des scènes du passé que Diane repasse en revue, nous voyons Adam et Camilla répéter une scène, nous comprenons que Diane n'est pas très satisfaite de la situation : être obligée d'assister à des embrassades entre Adam et son amante... Elle ronge son frein !

Une soirée a lieu, Camilla insiste auprès de Diane pour qu'elle vienne, il y aura une surprise. Durant le trajet, la voiture qui emmène Diane s'arrête sur les hauteurs de Mulholland drive, Camilla sort d'un buisson et lui montre un raccourci, un passage secret...
Lors du dîner donné dans la maison d'Adam où se passe la soirée, Diane explique son parcours : son arrrivée à Hollywood suite à un concours de danse et au décès de sa ante qui lui a laissé un petit legs. Une autre réalité se dessine... On apprend que Diane obtient des petits rôles grâce à Camilla. Puis, lorsque Camilla et Adam annoncent leur mariage, Diane craque, elle souffre trop de cette situation.
Diane décide de faire appel à un tueur pour éliminer Camilla. L'entrevue a lieu dans le Winkie's bar, le simplet du rêve passe devant la vitrine. Le tueur explique à Diane qu'une fois le contrat fait, elle recevra une clef bleue cpour prouver que Camilla est bien morte.
Diane demande un peu perdue par sa décision demande ! "une clef pour ouvrir quoi" ? Le tueur ricane (c'est pour cette raison que pour moi, la boîte bleue représente la conscience).

Un peu plus loin dans une ruelle, une clocharde ramasse une boîte bleue et la range dans un sac en papier.
En sortent les deux vieillards en miniature qui accompagnaient Diane/Betty dans son rêve. Ceux-ci passent sous la porte de l'appartement où se morfond Diane et, reprenant une taille normale, effrayent la jeune femme en lui criant après.
Diane se réfugie dans sa chambre pour s'y suicider.

II/ Deuxième partie : le rêve du film et la réalité (ou pas).
Nous savons maintenant que le début du film est un rêve. Un rêve que Diane fait en prenant une nouvelle identité, mais dans ce rêve, elle place des petits éléments, des petits instants qui trouvent un écho, ou qui s'expliquent un peu plus tard dans le film.

Betty
Diane s'appelle Betty, qui se trouve le prénom de la vraie serveuse du bar (on le découvre dans la dernière partie du film).
la rêveuse trouve un papier sur une robe de chambre "amuse toi Bitsie"
badge de la vraie Betty dans le Winkie's
Le rêve - la mort
Lynch propose très finement, une piste pour le spectateur. Deux hommes prennent un café, l'atmosphère est étrange, l'un d'eux semble un peu simplet, il explique à son interlocuteur qu'il a fait un rêve, plusieurs fois, et que ce rêve était horrible, qu'il a vu une visage qu'il ne voudrait jamais revoir...comme si Diane dans son rêve était capable de se rendre compte qu'elle est en train de rêver. L'homme épouvanté par le souvenir de l'affreux visage est comme un alter égo de Diane, épouvantée par la mort, ou la mort elle-même.
- le visage qui épouvante l'homme "simplet" - le rêve dans le rêve
- Louise Bonnaire, une voisine un peu folle qui vient avertir que
"le malheur va frapper, une personne a de graves ennuis"
- une clocharde joue avec une mystérieuse boîte bleue
Les tasses de café
Apparition de tasses de café identiques entre rêve et réalité.
- tasse dans le Winkie's du rêve
- chez Diane à la fin du film
Le café imbuvable
Une scène complétement bizarre m'a interpellée, c'est lorsque les Castigliane interviennent pour le casting du film et que l'un d'eux n'arrive pas à boire son expresso. Parallèlement, Diane revenue dans sa réalité est incapable de boire le café qu'elle s'est préparé.
Diane fixe sa tasse, perdu dans son souvenir
Séance de "cadrage de casting" : le café est imbuvable
(en même temps la scène est très drôle !)

Le téléphone-mystère
Mystérieuses séquences de téléphone sur la table de nuit :
-table de nuit dans le rêve
table de nuit dans la réalité dans l'appartement sommaire de Diane : c'est la même !
la véritable table de nuit, telle qu'elle est à la fin du film
= le téléphone, la lampe sont différents, le cendrier a disparu de la table de nuit.
Le cendrier-encore une manipulation des images
-réalité : la voisine vient chercher ses affaires chez Diane dont le cendrier en forme de piano
-le cendrier a bien disparu de la table basse, reste la clef bleue de la réalité
-Diane revisite un peu le passé et hop !
la clef a disparu au bénéfice du retour du cendrier et d'un verre d'alcool
La clef bleue 
La mystérieuse clef bleue est différente entre le rêve et la réalité
-la clef du rêve, de forme triangulaire
-la véritable clef
La boîte, une interprétation personnelle
Que dire sur la mystérieuse boîte ? Je pense que la boîte représente la conscience, mais aussi l'enfer. Dans le rêve, nous avons une petite boîte bleue qui apparaît dans le théâtre qui apparaît dans une ambiance bleue.
-dans le rêve, arrivée au théâtre
-Diane/Betty et Camilla/Diane~Rita sous le coup d'une grosse émotion dans le théâtre
lumière bleue, infernale (pour Lynch, l'enfer est bleu)
Coco
Coco / madame Lanoix dans le rêve de Diane
-Coco, la mère du réalisateur dans la réalité
= elle pioche goulûment dans un ravier de noix...

La femme sur le lit
Deux autres scènes à mettre en parallèle :
la femme morte découverte dans le rêve (appartement de Camille / Diane-Rita)
Diane /Betty s'est endormie (notons le téléphone et la lampe : nous sommes bien dans la réalité)
Les esprits
Enfin, pas vraiment des esprits bien sûr, je veux parler des visages apparaissant au début et à la fin du film.
Diane entourée par un couple de vieillards
on peut supposer qu'il s'agit de ses parents ou grands-parents
on les retrouve dans le rêve en compagnons de voyage de Diane lorsqu'elle arrive en ville
Diane et Camilla réunies et souriantes (dans quelle réalité ?...)
III/ Troisième partie : les scènes étonnantes et mystérieuses
Il me reste encore deux ou trois petites choses à montrer (ou plus...), comme cela, pour le fun, des images que j'ai trouvé belles ou qui me parlent.
Monsieur Roque, interprêté par Michael J.Anderson qui joue aussi dans Twin Peaks
Le canapé dans la mystérieuse pièce où se trouve Monsieur Roque
Adam se venge de l'infidélité de sa femme en remplissant sa boîte à bijoux de peinture
Camille vient chercher Diane pour l'emmener à la soirée, elles ont toutes deux une robe dans les tons rouge et noir
Enfin, une surprise découverte au cours du générique : la présence d'Angelo Badalamenti qui signe habituellement les musiques des films de Lynch dans la distribution des acteurs, il joue le rôle de Luigi Castigliane (j'avoue que je ne l'ai pas vraiment reconnu !).

Pour finir, je trouve que ce film est assez riche en interprétations, on trouve toujours quelque chose de remarquable à chaque vision de ce film.

Par ailleurs, Lynch étant peintre, on trouve beaucoup de nuances dans ses films. La couleur est importante, on pourrait faire un billet sur le sujet.. et je trouve que certaines scènes sont vraiment très esthétiques et dignes d'un tableau comme la scène de la cuisine qui ressemble à un tableau d'Hammershoi
Et maintenant, un mot encore ! Silencio...

Ma conclusion
Le rêve que l'on fait nous refait mais ne défait pas ce que l'on n'aurait pas dû faire...

4 commentaires:

  1. C'est vraiment un film que j'ai aimé, je suis beaucoup plus réservé sur les autres.

    RépondreSupprimer
  2. je n'ai pas (encore) tout vu !
    Mais j'ai aimé Dune (rhaaaaaaaaaaaa)
    Twin Peaks (re-rhaaaaaaaaaaaaa)
    et Mulholland Drive (plus "intellectuel")
    :)

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ce film! C'est une sorte de film culte pour moi.
    Mais je n'ai pas adoré du tout à la première vision. Une ambiance onirique, des images troublantes, très chouette au début mais ensuite, bof, je n'y comprenais rien, alors mon vieil esprit rationaliste...
    Et puis on me l'a offert en dvd, je l'ai revu, une fois, deux fois, d'autres choses me sont apparues, des correspondances, des rebonds, je me suis même fait une interprétation. La bonne? Je n'en sais rien, pour autant d'ailleurs qu'il y ait une "bonne" interprétation. Mais maintenant je suis ravi de ce formidable labyrinthe...

    RépondreSupprimer
  4. tout comme moi Valclair, je l'ai vu plusieurs fois avant de me faire ma propre opinion et de remarquer des détails, des correspondances et c'est ce diont je veux parler dans la future page annexe qui me demande encore un peu d'heures de travail :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension