Mon petit doigt m'a dit (2004)

Réalisateur : Pascal Thomas
Genre : comédie (policière)
Année : 2004

L'histoire
Bélisaire et Prudence Beresford (André Dussolier et Catherine Frot) rendent visite à leur tante Ada dans sa pension de luxe "les coteaux ensoleillés". Dans le salon d'attente, Prudence fait connaissance avec Rose Evangélista, une intrigante vieille dame qui lui parle d'enfant dans la cheminée. Peu après la tante Ada qui avait déjà perdu la tête puis finit par perdre la vie. Parmi les affaires de la défunte, Prudence découvre un étrange tableau que lui avait offert la mystérieuse Rose, désirant savoir si celle-ci veut reprende son bien, elle apprend que Rose a quitté le manoir très précipitamment. Craignant qu'il ne lui soit arrivé quelque chose, Prudence décide de partir à la recherche de la vieille dame en commençant par retrouver la maison peinte sur le tableau.

un bien intrigant tableau de Boscovan

Mais encore
Le film est tiré d'un roman d'Agatha Christie au titre anglais "By the Pricking of My Thumbs" et met en scène le couple Beresford, personnages récurrents de la romancière.

Un film qui me laisse un sentiment mitigé : j'en ai aimé les décors (le film est situé en Savoie), la mise en scène, les personnages qui jouent juste dans un genre qui reste très caricatural, on va dire que c'est de l'humour (anglais ?), mais le film laisse de nombreux "trous" dans les explications.
Prudence joue une mère tout à fait indigne ! Je ne me souviens pas qu'il en était de même dans le roman d'Agatha mais cela m'étonne tout de même car enfin, cette femme est très égoïste (en passant Catherine Frot qui est l'une de mes actrices préférés joue là encore parfaitement la mère qui refuse de vieillir, d'être "grand-mère, elle souahite avant tout rester l'aventurière qu'elle fut, on peut l'imaginer).

C'est beaucoup trop fouilli, par exemple, on ne sait pas pourquoi la petite aide soignante téléphone à Bélisaire, qui désire retrouver la petite Lili, et il y a d'autres petits détails qui n'ont aucune conclusion (beaucoup de personnages semblent pas très nets et on n'en saura pas plus).

Prudence finit par retrouver la maison du tableau


dans la mystérieuse maison, une poupée tombe de la cheminée...

Il y a en fait plusieurs intrigues qui se dévoilent au fur et mesure : les disparitions de vieilles personnes dans la maison de retraite, les disparitions des petites filles il y a 40 ans (à peu près) et les disparitions de diamants volés lors d'un braquage il y a également de nombreuses années. Aucune des disparitions n'est correctement expliquée ! A cela s'ajoutent une inutile histoire d'armement pour la défense des mers dans la mesure où Belisaire est un ancien militaire à la retraire (je pense qu'il fallait rajouter quelques scènes pour Dussolier) bref tout cela est bien long pour des enquêtes qui terminent en "jus de boudin".


A voir pour rajouter dans votre cabinet de curiosités cinématographiques car ce film est très esthétique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension