Jane Eyre (1996)


  • Réalisateur : Franco Zeffirelli
  • Genre : drame, romance
  • Année : 1996
L'histoire
Jane Eyre enfant (Anna Paquin)
héroïne de True Blood
Jane Eyre (enfant : Anna Paquin), une petite orpheline de 10 ans, demeure 10 ans au rigoureux pensionnat Lowood -8 comme élève et 2 comme institutrice- avant de passer une annonce pour être gouvernante. Jane (adulte : Charlotte Gainsbourg) reçoit une offre d'emploi de Mrs Fairfax pour s'occuper de la jeune Adèle, la protégée d'Edward Rochester (William Hurt) qui possède l'immense domaine de Thornfield Hall. Rochester, un homme meurtri et endurci trouve cependant beaucoup de charme à cette jeune gouvernante qui semble si timide mais dotée un fort caractère passionné, comme lui.
Jane (Charlotte Gainsbourg) et Edward (William Hurt)
Edward propose à Jane le mariage mais la cérémonie est interrompue car il a déjà été marié pour convenir aux souhaits de son père à une étrangère qui se révèle être bipolaire, et dangereuse piromane, ce qui oblige son infortuné mari à la tenir cachée et recluse depuis 15 ans dans une partie supérieure du château. Désemparée par cette annonce, Jane décide de partir tandis que Rochester lutte contre l'incendie qui ravage sa demeure. Lorsque Jane apprend le drame, elle revient et trouve Edward physiquement diminué mais moralement toujours prêt à l'aimer, elle, et personne d'autre.

Mon avis
Jane adulte (Charlotte Gainsbourg)
Dix ans avant Jane Eyre version mini série de 2006 le public découvrait le film adapté du roman de Charlotte Brontë avec la gracieuse Charlotte Gainsbourg dans le rôle titre. Des raccourcis, des adaptations plus nombreuses que dans la série 2006, surtout vers la fin, mais dans l'ensemble, j'ai retrouvé l'esprit romantique qui figure dans mon esprit. Toutefois, je garde ma préférence pour la série que je trouve très bien, en harmonie avec mes propres attentes (j'avoue aussi être plus sensible au charme de Toby Stephens qu'à celui de William Hurt !).

Mais voyons un peu quelques images remarquables retenues au long de ce film.

Jane ne se trouve pas belle et d'ailleurs pour elle la beauté n'est pas importante, pour elle, l'ombre est aussi importante que la lumière, que ce soit pour la vie comme pour le dessin. C'est cet enseignement qu'elle tend à donner à sa jeune élève à laquelle elle s'attache avec toute la passion qui l'anime. Tout en se sentant insignifiante, ce qu'elle n'est évidemment pas, elle souffre de voir la belle Blanche (Elle MacPherson) tourner autour du "maître" qu'elle aime d'un amour secret qu'elle croît bien entendu impossible.
Adèle (Josephine Serre) dans l'élan de sa jeunesse sous l'oeil bienveillant de Jane
sous l'oeil mérpisant de Blanche
Contre toute attente, nous savons donc que Rochester est passionnément épris de Jane qu'il demande en mariage sans se douter un instant que quelqu'un du passé va surgir pour réveiller le secret endormi qui est son fardeau, et empêcher que la cérémonie de mariage s'accomplisse : la femme de Rochester est bel et bien vivante, folle à enfermer certes, mais vivante.
La mort dans l'âme, Jane décide de fuir, tout en entretenant au fond de son coeur le souvenir de son amour. Superbe photo de Jane perdue dans ses pensées qui volent vers Thornfield
comme dans une peinture de Caspar David Friedrich
Frau am Fenster (1822)
tableau présenté dans la collection photographique
de mon édition de Jane Eyre
Lorsque Jane finit par retourner à Thornfield c'est pour constater les ruines de la demeure partie en fumée, et la solitude effrayante d'Edward, aveugle et bien défiguré, déjà qu'il avait un complexe de laideur, cela n'arrange pas son affaire, heureusement que Jane s'en moque.
Une histoire qui finit bien, romantique à souhait, avec des secrets, des espoirs, du désespoir, de la ténacité dans l'adversité. Un très beau film à voir.



Découvrez d'autres adaptations des soeurs Brontë en cliquant sur la vignette :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension