Sherlock Holmes (2009)


  • Réalisateur : Guy Ritchie
  • Genre : action, aventures
  • Année : 2009

L'histoire
Lord Blackwood (Mark Strong), le fils d'un grand maître franc-maçon est aussi un dangereux psychopathe qui n'hésite pas à tuer pour augmenter un soi-disant pouvoir mystique. Enfin attrapé et pendu, il est reconnu quelques jours plus tard alors qu'il sort de sa tombe. La police demande au célèbre Sherlock Holmes (Robert Downey Jr.) de le retrouver, ce que Holmes accepte avec l'aide de ce cher Dr Watson (Jude Law) chez qui il loge.



Mon avis
    Préambule. Figurez-vous que je n'avais pas encore vu ce film alors que tout le monde m'en avait dit du bien. Il était dans ma PAV (Pile A Voir) et c'est pour l'occasion du défi Steampunk organisé par Lord Orkan Von Deck que je viens de le regarder. A partir de cet instant, tout ce que je chroniquerai dans le cadre de ce défi présentera des détails propres à argumenter mes propos afin d'être la plus précise possible, j'ai également instauré un système de notation (sur 10) expliqué en page annexe -si vous voulez tout savoir- ce qui me permettra d'attribuer un logo. Mais arrêtons le blabla, que le spectacle commence !

J'appréhendais un peu de voir un Sherlock Holmes version américaine, je suis agréablement surprise, le film est plutôt réussi considérant le fait que je ne me suis pas ennuyée, et que j'ai trouvé les acteurs très bons, même les seconds rôles, sans parler du scénario parfois assez moderne, avec des allusions amusantes comme lorsque Sherlock sort de prison et que le policier lui rétorque : "je vous renvoie là-dedans jouer à Victoria et Albert".

l'inspecteur Lestrade (Eddie Marsan) et S.Holmes (Robert Downey Jr.)
Bien entendu, les deux compères sont impeccables de précision et de dérision, et dans leur tourbillon, on ne prend pas beaucoup notre respiration. Un très bon film d'action, dont une suite est attendue semble-t-il et que je regarderai volontiers.

J'ai eu plaisir à retrouver la belle Rachel McAdams (vue dans le film Morning Glory) qui joue le rôle d'Irène Adler, manipulatrice, voleuse, et accessoirement amoureuse de Sherlock.



Et maintenant, regardons un peu l'appréciation que j'ai mise pour le côté Steampunk puisque ce film est classé comme en faisant partie dans les sites spécialisés. J'ai mis la note de 8/10, ce qui lui vaut le logo "à fond les manettes" :

  • Epoque = 2/2 : nous sommes au moment de la guerre de Sécession (1861-1865) donc époque victorienne (1837-1901)
  • Objets = 3/5 (machine à cyanure, diapason aimanté, système de télécommande)
  • Décor = 3/3 



La preuve en images :
  • l'époque est bien reconnaissable :
époque victorienne pure
  • quelques objets sont repérables
les objets d'inspiration Steampumk
  • enfin les décors soignés renforcent l'effet "mystères-secrets-inventions" :
machineries géantes, mécanismes sophistiqués à vapeur

Ce film affirme également un côté alchimie/ésotérisme indéniable, déjà par l'histoire elle-même : franc-maçonerie, manipulation des éléments, chimie, croyances, manoeuvres de contrôle de la population, ... etc comme en témoignent de nombreux objets :



Le grand gagnant étant le mystérieux Professeur Moriarty qui récupère un objet fondamental.
"L'engin sans fil était le but de la partie depuis le début. Adler ne servant que de diversion. Il savait que je la poursuivrais laissant ainsi libre accès à la machine. Une technologie de ce genre peut atteindre une somme incalculable. Imaginez pouvoir contrôler tout engin simplement en exécutant une commande à distance par onde radio. C'est l'avenir Watson."
Et cette phrase que prononce Holmes, voyez-vous, c'est pour moi l'esprit Steampunk !


Un fim présenté pour

3 commentaires:

  1. Critique qui correspond à mon ressenti à la vue de ce film.

    RépondreSupprimer
  2. Grand film, très bien réalisé, très bien joué et très bien scénarisé. A vrai dire, j'ai du mal à y trouver des Defaults.

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension