La Princesse de Montpensier (2010)


  • Réalisateur : Bertrand Tavernier
  • Genre : drame (historique)
  • Année : 2010
L'histoire
France, XVIe siècle, période des guerres de religions entre catholiques et protestants. Marie de Maizière (Mélanie Thierry) est promise à son cousin le duc Henri de Guise (Gaspard Ulliel). Mais voilà que le Duc de Montpensier (Michel Vuillermoz) se met en tête de marier son jeune fils (Grégoire Leprince-Ringuet) à Marie pour rassembler les maisons et gagner accessoirement un peu de terres. Très vite, le prince de Montpensier repart pour la guerre, laissant sa jeune épouse à son ancien maître le Comte de Chabanes (Lambert Wilson), à qui il demande d'instruire la princesse afin qu'elle soit prête pour sa future présentation à la cour.

Développement
Adaptation d’une nouvelle de Mme de Lafayette publiée en 1662, le récit se déroule 100 ans plus tôt et met en scène des personnages réels et d'autres fictifs notamment la princesse de Montpensier et le le comte de Chabanes).
Marie (Mélanie Thierry) et Chabanes (Lambert Wilson)
Magnifique film, superbes costumes (de Caroline de Vivaise) dont on peut observer le relief et les coutures comme s'ils s'étalaient sous nos doigts.

Fabuleuse reconstitution qui reste assez fidèle à la nouvelle originale à quelques variantes prêt. Je viens de regarder le film et j'ai lu la nouvelle dans la foulée, aussi je peux admirer le travail des scénaristes (François-Olivier Rousseau, Jean Cosmos et Bertrand Tavernier) qui ont transformé les quelques 40 pages de la nouvelle d'origine en 2 heures du film. Quels dialogues ! Surtout les échanges entre Marie et Chabanes, j'ai a-do-ré.

Superbe Mélanie Thierry que je n'avais encore vue dans aucun film avant, elle est parfaite dans ce rôle de femme blessée obligée d'épouser un homme inconnu au lieu de son amour de toujours, de coucher avec lui devant toute la famille ou presque (un mince rideau les cachent mais tout le monde est dans la chambre) afin que l'on puisse prouver sa virginité ; cette scène dans le film, tout à fait pudique entendons-nous bien, ressemble d'ailleurs plus à une opération chirurgicale qu'à un acte d'amour, évidemment.
le mariage des Montpensier : arrangement entre les pères et hop, à la moulinette
Génial Lambert Wilson en professeur-confesseur-tourmenté par l'amour qui naît en lui au contact de la princesse qui voit en lui un confident de tout premier ordre.

Marie devient la muse de 4 hommes :
1- son mari, jaloux, et pour cause, il voit bien qu'elle garde encore de tendre sentiments envers
2- son cousin le Duc de Guise qui, de même, ne l'a pas oubliée,
3- et voilà que le Duc d'Anjou (Raphaël Personnaz), frère du roi, tombe lui aussi amoureux de Marie
4- Chabanes, l'ami fidèle


Extraits choisis
Le comte de Chabanes avait encore plus de chagrin de voir Monsieur de Guise auprès de Madame de Monpensier, que Monsieur de Monpensier n’en avait lui-même. (p14/41)

Le duc de Guise, qui savait à quel point ce comte était ami du prince de Monpensier, fut épouvanté qu’elle le choisît pour son confident : mais elle lui répondit si bien de sa fidélité, qu’elle le rassura. Il se sépara d’elle avec toute la douleur que peut causer l’absence d’une personne que l’on aime passionnément. (p 28/41)

Dans la nouvelle, la fin est un peu différente : en effet, Marie ne passe pas la nuit dans les bras de Guise, elle ne part pas le voir pour lui affirmer qu'elle est prête à divorcer de son mari lorsqu'elle apprend son mariage imminent.
Le récit d'origine explique que lorsqu'elle apprend coup sur coup que Chabanes est mort et que son amoureux est marié, Marie dépérit et meurt rapidement.

Lien externe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension