The Queen's Sister (2005)


  • Réalisateur : Simon Cellan Jones
  • Genre : biographie
  • Année : 2005
L'histoire
Le film déroule l'histoire de la princesse Margaret (Lucy Cohu), depuis la mort de son père jusqu'à la fin des années 70. En 1952, Margaret a 22 ans, sa soeur Elisabeth devient la Reine. Très vite, le protocole empiète sur sa vie : il lui est interdit de voir sa soeur quand bon lui semble, il lui est interdit d'épouser son amoureux Peter Townsend car c'est un homme divorcé. Elle mène alors une vie artistique de fêtes au sein de la jet-set. Elle rencontre un photographe Antony Armstrong-Jones (Toby Stephens) qui ignore au départ qui elle est. Ils finissent par se marier, ils ont tous deux 30 ans et s'aiment. Mais Margaret finit par imposer à Tony certaines règles de protocole qu'il a du mal à supporter : elle lui interdit de voir ses enfants qui sont confiés à d'autres personnes. C'est en trop pour le jeune homme qui finit par la quitter. Chacun vit sa vie, sauf que Margaret est dans la ligne de mire des journalistes, chaque faux pas doit être rétabli par des annonces officielles qui démontrent que le couple est toujours ensemble, alors qu'il n'en est rien. Le divorce est prononcé en 78 lorsque Margaret a une aventure avec Roddy Llewellyn (Simon Woods).

Développement
L'actrice Lucy Cohu prête son visage et toute sa personne pour incarner la princesse Margaret, elle est tout simplement étonnante, en particulier vers la fin, lorsqu'elle joue Margaret vieillie.
à gauche la princesse Margaret, à droire Lucy Cohu dans le rôle
Pour le rôle de Tony, nous avons droit à Toby Stephen (Jane Eyre 2006) qui lui aussi a fait mon bonheur de spectatrice, je suis définitivement une fan supplémentaire.
à gauche Antony Armstrong-Jones, à droite toby Stephen

Margaret (Lucy Cohu) et Tony (Toby Stephen) au temps de la love story 
J'ai noté l'apparition de Simon Woods dans le rôle de Roddy Llewellyn, le jardinier avec qui Margaret a une (belle) aventure et qui mettra d'ailleurs fin à son mariage, Simon était "Bingley" dans le film "Pride and prejudice" de 2005.
Llewellyn (Simon Woods) et Margaret

Un biopic (*) que j'ai apprécié, de belle facture, pas de temps mort, ce qu'il faut de rythme, d'émotions, de compassion, qui montre avec pudeur, parfois humour, l'aspect dramatique des vies privées livrées en pâture au monde, de leurs préjugés et de leur sentence.

(*)en anglais uniquement

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension