Quentin Durward (2ème chaîne ORTF, 1971)


  • Réalisateur : Gilles Grangier
  • Genre : romance historique
  • Année : 1971
  • 7 épisodes (50 mn)
L'histoire
Quentin Durward (Amadeus August), un jeune écossais de 20 ans fuit le monastère, où il a trouvé refuge dès sa plus tendre enfance suite au massacre de sa famille par un clan rival, et s'embarque pour la France. Sa première rencontre est celle d'un riche marchand, en vérité le roi Louis XI (Michel Vitold) sous déguisement, qui le prend d'affection et lui confie la garde de la jeune Isabelle, Comtesse de Croye (Marie-France Boyer), fugitive de son royaume pour échapper à un mariage de raison imposé par le Duc de Bourgogne, son tuteur. Isabelle et Quentin tombent amoureux.


Développement
Quentin Durward a été l'un de mes premiers "coups de coeur" télévisuels, bien rares aujourd'hui. J'étais bien jeune mais pas aveugle et avais le coeur d'un romantisme absolu. Mon amoureux secret s'appelait Quentin, parfois Amadeus, et je l'ai attendu bien longtemps avant d'oublier qu'il aurait pu exister pour moi. Enfin, force est de constater que le charme de naguère a vieilli autant que moi, et pourtant, il reste quelque chose de plaisant à revoir cette série qui ne pourrait plus plaire de nos jours. Trop théâtrale. Mais j'aime.
Quentin Durward (Amadeus August)
Nous sommes en 1468, la France n'est pas celle que nous connaissons, plus petite, entourée de seigneurs qui convoitent l'agrandissement de leurs terres :

  • la France dirigée par Louis XI / Louis le Valois est en couleur orange
  • l'ennemi à contenir est Charles de Téméraire / Duc de Bourgogne en terres en rose)
  • qui a sous sa domination les terres du Comté de Croye en rose clair
  • (en vert : la Bretagne)


Charles le téméraire veut marier Isabelle de Croye, sa protégée
Isabelle, la Comtesse de Croye (Marie-France Boyer)
à un homme à lui, Campo Basso, héros des champs de batailles, horriblement défiguré par ses blessures de guerre.
Campo Basso (Robert Party)
Isabelle épouvantée par l'apparence de son futur époux choisit de s'enfuir trouver refuge auprès du roi Louis XI, du coup bien embarrassé.

C'est dans ce puzzle politique que Louis XI, homme influençable, agissant selon les prédictions de son astrologue, avance ses pions, sans jamais savoir qui joue réellement dans son camp.

Louis XI choisit Quentin Durward pour manipuler à son tour : il demande au jeune homme de conduire les dames de Croye à Liège
Hameline de Croye (Clarisse Deudon) et sa nièce Isabelle
auprès de son frère Louis de Bourbon, Prince-évêque de Liège, en pays neutre, pour les mettre à l'abri, mais surtout s'en débarrasser, espérant dans le même temps qu'une fois arrivée là-bas Isabelle soit forcée par l'évêque de prendre le voile, ce qui aurait pour finalité que ses terres soient rattachées aux possessions de l'Eglise et pas au duc de Bourgogne. Un moindre mal.
Louis XI (Michel Vitold) et Quentin Durward
Mais Quentin Durward est un homme d'honneur et de coeur. Pour lui, la politique est moins importante que l'amour, et sa seule raison lui commande de mettre les dames à l'abri, et ce, malgré les intentions du roi. Apprenant que Liège n'est pas un endroit aussi sûr que prévu pour sa belle Damoiselle, par ailleurs convoitée par le sanguinaire Guillaume de la Mark (Jean Nergal), également surnommé le "Sanglier des Ardennes", c'est tout dire, qui s'apprête à envahir la ville.
à gauche Guillaume de la Mark (Jean Nergal)
Quentin ne peut se résoudre à repartir en France en laissant son amoureuse à la merci de rustres.
Isabelle et Quentin sont à Liège auprès de Louis de Bourdon
mais pas en sécurité dans une ville en pleine révolte
Et au bout de quelques coups d'épée, voilà nos amis libres mais en pleine nature, les fuyards sont aidés en prenant en otage Eric de la Mark (Dennis Le Guillou), le fils du sanglier des Ardennes, la tête pensante des la Mark,
Quentin et Eric de la Mark (Dennis le Guillou)
et grâce à Leyradin (André Oumansky), un bohémien qui travaille pour Guillaume de la Mark, mais qui a une dette envers Quentin depuis que le jeune écossais s'est autrefois montré misericordieux en dépendant son frère injustement exécuté en représailles par les soldats du roi.
Leyradin (André Oumansky) et Eric de la Mark
Et voilà l'escorte d'Isabelle de retour en Bourgogne, bien obligée puisque nulle part où aller.

Dans le même temps, Louis XI est venu rendre une petite visite de courtoisie -et de politique-, à son cousin le Duc de Bourgogne. Le voilà bientôt accusé d'avoir désiré la mort de l'évêque de Liège (son frère), exécuté par Guillaume de la Mark : seul Quentin est capable d'innocenter le roi, ce qu'il fait, de même qu'Isabelle qui entre temps a été reléguée dans un couvent, mais Quentin et Isabelle ont pû s'entretenir au parloir et se metrte d'accord pour préparer leur sauvegarde à tous.
Isabelle et Quentin s'entendent pour inocenter le roi louis XI
Maintenant réconcilés, voilà, Louis XI et le Duc de Bourgogne décidés à donner assaut à la ville de Liège, à faire tomber la tête du sanglier des Ardennes, et de donner la main d'Isabelle au vainqueur.
Quentin tue le sanglier des Ardennes
et gagne la main d'Isabelle après avoir gagné son coeur
Une série d'autrefois qui ne pourra que plaire à des anciens comme moi, malgré la bande son très envahissante parfois, genre orchestre symphonique, mais peu importe, elle offre de bons souvenirs et des sourires lorsque l'on prend au vol quelques réparties de bon aloi, par exemple celle-ci :
"Quand on se bat contre des inconnus
pour une cause dont on ne sait rien
y a pas à s'étonner de mourir sans savoir pourquoi"
(Bertrand à Quentin dans l'épisode 2)
Bertrand (Philippe Avron) et Quentin Durward (Amadeus August)
La série Quentin Durward est l'une des adaptations du roman écrit par Sir Walter Scott en 1823.

Signalons que le rôle principal fut tenu par l'inoubliable Amadeus August qui mourra en 1992, il venait d'avoir 50 ans.

N'oublions pas le générique créé par Georges Garvarentz et chanté par Jacqueline Boyer

Liens externes

2 commentaires:

  1. Elle était belle la chanson ; elle chantait bien Jacqueline Boyer ; on aurait dit, un peu, Sheila ! A bon, je ne savais pas qu'Amadeus August était décédé ou, du moins, je ne m'en souvenais plus !

    RépondreSupprimer
  2. ->> moi non plus je ne le savais pas, c'est en cherchant des infos pour développer cet article que je l'ai appris
    ->> j'ai eu du mal à trouver un site qui propose l'écoute de la chanson, mais j'ai trouvé (je suis tenace) : sur "coucoucircus" maintenant c'est payant !!! mais il y a les paroles quand même :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension