The Tenant of Wildfell Hall (BBC, 1996)


  • Réalisateur : Mike Barker
  • Genre : romance
  • Année : 1996
  • 3 épisodes de 50 mn
L'histoire
Mrs Helen Graham (Tara Fitzgerald), une jeune veuve arrive en compagnie de son petit garçon dans une bourgade où elle vit d'une manière austère, voire recluse, sans chercher à lier des connaissances. Elle attire, bien malgré elle, l'attention de Gilbert Markham (Toby Stephens), un jeune fermier qui tombe amoureux d'elle. Mais Helen cache un terrible secret : elle a fuit Arthur (Rupert Graves), son mari buveur et violent pour soustraire son fils à sa mauvaise influence.
Helen et Gilbert se sentent attirés l'un vers l'autre
mais...Helen n'est pas libre !

Développement

Youpi ! je ne sais pas quel heureux hasard m'a permis de tomber sur cette adaptation d'un roman de Anne Brontë, mais je suis enchantée de cette trouvaille (j'avoue n'en avoir jamais entendu parlé). Le roman The Tenant of Wildfell Hall (La Locataire de Wildfell Hall) a été écrit en 1848, il est considéré comme l'un des premiers romans féministes puisqu'il relate l'histoire d'une femme qui ose défier son mari en le quittant, et ce, à l'époque victorienne ! J'ai été sous le charme de cette histoire d'un romantisme absolu : l'amour d'un jeune homme pour une femme mystérieuse puis inaccessible, l'amour d'une mère pour son fils, son amour dévotion pour son mari.

Un très beau téléfilm, très mouvant, avec des acteurs agréables et crédibles, parmis lesquels nous retrouvons dans le rôle de GilbertToby Stephens qui incarnera dix ans plus tard le rôle d'Edward Rochester dans le Jane Eyre 2006 ; notons au passage que Tara Fitzgerald qui joue ici le rôle d'Helen tiendra le rôle de l'infâme Mme Reed dans cette même série.

Helen est une femme moderne pour l'époque : elle se montre combattante et capable de se révolter contre sa condition de femme bafouée, de se rebeller contre l'autorité de son mari volage et complètement irresponsable, disparaissant des mois entiers sans donner de nouvelles, y compris après la naissance de son fils.
Helen et son mari Arthur dans leur belle maison de Grassdale
Helen se montre forte, moralement droite, voire inflexible, prête à s'oublier pour le bien être de son fils. Et pourtant, après tant de souffrances vécues auprès de son mari, Helen semble vouloir déposer un peu son fardeau au pied de Gilbert, son seul ami, qui se montre respectueux d'elle, de sa nature, de ses aspirations, même s'il comprend que quelque chose de sombre a envahi son coeur (et sa raison), même si tous les autres habitants du village trouvent que "la veuve" n'a pas un comportement très digne. C'est que tout le monde ignore que Mr. Lawrence (James Purefoy), l'homme qu'elle reçoit parfois chez elle, est son frère. C'est auprès de lui qu'elle est venue trouver refuge, avec pour seule ressource les ventes de ses peintures.
Helen et Gilbert apprécient être en compagnie l'un de l'autre
Mais Gilbert est rongé par la jalousie ravivée par les commérages et une scène d'adieu entre Helen et son frère qu'il prend pour une scène entre amoureux, et lorsqu'il blesse volontairement Lawrence, Helen prend l'initiative de confier à Gilbert la lecture de son journal intime dans lequel elle raconte sa rencontre avec son mari et la déchéance de leur union.
Gilbert lit le journal intime que lui a confié Helen afin qu'il connaisse son secret
Tandis qu'il lit le journal, Helen repart chez son mari mourant, qu'elle soigne, en bonne épouse dévouée jusqu'à sa mort avant de revenir à Wildfell Hall, où Gilbert a gardé ses rêves.
G. : Would you give me your hand if I asked for it?
Les trois épisodes du téléfilm coïncident avec les 3 parties du roman de Anne Brontë : l'arrivée d'Helen à Wildfell Hall, le récit d'Helen de sa vie avant et enfin le retour d'Helen auprès de son époux. C'est vraiment une belle réalisation, les paysages désertiques des moors accusent encore plus la solitude, le dénuement d'Helen qui a quitté le faste de sa grand maison pour trouver la sérénité dans une relative solitude.

J'ai bien aimé le passage où Gilbert est en de lire le récit d'Helen (on voit alors les images) qui coïncide avec son arrivée à Grassdale où il tente de persuader Helen qu'elle ne doit rien à son mari indigne d'elle.


Une très belle série que j'ai plaisir à voir et à revoir (en anglais uniquement).




Découvrez d'autres adaptations des soeurs Brontë en cliquant sur la vignette :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension