The Camomile Lawn (Channel 4, 1992)


  • Réalisateur : Peter Hall
  • Genre : drame
  • Année : 1992
L'histoire
Angleterre, 1984. A l'occasion d'un enterrement, les survivants d'une famille se retrouvent. Les trajets que font les protagonistes sont l'occasion d'échanger leurs souvenirs de la période de l'avant guerre, puis des évenements qui ont suivi cette année. Août 1939. Polly et son frère Walter, Calypso et Oliver, quatre cousins d'une vingtaine d'années ont l'habitude de se retrouver pour quelques jours de vacances dans la maison de leurs oncle et tante Richard (Paul Eddington) et Helena Cuthbertson (Felicity Kendal) où vit également la petite Sophy, fille de la soeur de Richard décédée qu'ils ont adoptée. La guerre est déclarée, tandis que les hommes participent à la guerre, les femmes continuent de vivre, en attendant leur retour.

Développement
La "pelouse de camomille" est celle qui entoure la maison des Cuthbertson
Richard (Paul Eddington) et Helena Cuthbertson (Felicity Kendal)
une magnifique villa surplombant la mer à Cornwall.
Les cousins y vivent dans la bonne humeur, profitant des baignades
Polly et Oliver
Le bonheur d'Oliver serait parfait si Calypso consentait à l'aimer car il en est fou amoureux
Calypso et Oliver
mais elle le repousse car elle désire se marier avec un homme riche, ce qu'elle fait en épousant Hector
Calypso épouse Hector
à droite leur fils Hamish 45 ans après
(le rôle du père et fils est tenu par Nicholas Le Prevost)
Polly de son côté fréquente Paul et David, les fils jumeaux du pasteur
les jumeaux, Walter (Ben Walden) et sa soeur Polly
et la petite Sophy, 10 ans est amoureuse d'Oliver qui en a 19.

Tandis que certains couples se font, d'autres se défont : Helena quitte Richard pour partir vivre avec Max, un musicien juif autrichien réfugié tandis que Monika, la femme de Max reste à Cornwall avec Richard. Sophy, mal aimée par sa tante Helena, se rapproche de Calypso ou se rend auprès de Monika lorsqu'elle n'est pas dans son école à Cambridge. Monika espère le retour de Pauli, son fils interné en camp de concentration.
Sophy et Monika (Trudy Weiss)
Un casting doublé pour ce récit qui s'étale sur plusieurs dizaines d'années, pour les principaux personnages :
Oliver (Toby Stephens puis Richard Johnson)
Sophy (Rebecca Hall puis Claire Bloom)

Calypso (Jennifer Ehle puis Rosemary Harris)
fille et mère dans la vie : elles se ressemblent beaucoup !
Polly (Tara Fitzgerald puis Virginia McKenna)
les jumeaux Paul (Jeremy Brook) et David (Joss Brook)
ou inversement...
Une illustration haute en couleur de ces années 39-40, avec cependant un aspect plutôt détaché des évenements guerriers : les scènes se passent du côté des femmes, leurs préoccupations, leurs occupations, l'amour (le sexe) en attendant le retour des hommes. C'est plus "léger" que les réalisations françaises que j'ai pu voir sur cette période (excepté les comédies comme "La grande vadrouille" évidemment) mais pas forcément superficiel : ici, l'on s'attache à chroniquer les relations humaines plus que le "pourquoi du comment", les "faits" plustôt que les "raisons".

Le récit se déroule en flashback, la plupart des scènes se situent en 1939 et 1940, entrecoupées des instants présents où l'on tente de reconnaître "qui est qui". Entre 1940 et 1984, nous ne savons rien du tout, c'est bien frustrant d'ailleurs, nous comprenons juste qu'Oliver est  devenu écrivain à succès, qu'il n'a revu personne depuis 45 ans, qu'il s'est installé à l'étranger, qu'il s'est marié deux fois mais qu'il est désormais libre.
Oliver retrouve Calypso désormais veuve mais...l'aime-t-il encore ?
et l'a-t-il réellement aimée ou seulement son apparence ?
Sophy retrouve la maison de Cornwall, sur le point d'être vendue, elle a maintenant 55 ans, Oliver 65 mais il semble que son amour pour lui soit resté intact, même si elle se défend un instant du contraire et de l'absurdité de ce sentiment à leurs âges.
Sophy admire la vue depuis Cornwall
Finalement, Oliver persuade Sophy que rien n'est impossible à tenter et ils partent ensemble après l'enterrement.

Une adaptation du roman de Mary Wesley assez réussie quoique la lecture du roman soit bien entendu plus riche en détails de la personnalité et des pensées des personnages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension