Mangal Pandey - The Rising (2005)


  • Réalisateur : Ketan Mehta
  • Genre : drame, historique
  • Année : 2005
  • vu en VO (indien) sous titré en anglais
L'histoire
1857. Afganistan. Le cipaye(*) Mangal Pandey (Aamir Khan) sauve la vie de son officier le capitaine William Gordon (Toby Stephens) sous les tirs ennemis d'un champ de bataille ; cet acte de bravoure fidélisera à jamais le respect et l'amitié que Gordon va porter à Pandley, lequel va se rebeller contre le pouvoir de la "Compagny" (British East India Company) : le plus puissant consortium d'affaires qui exista à cette époque, contrôlant, manipulant les indiens à leur profit. La révolte de Pandey initiera la révolte des cipayes et l'achèvement de la "Compagny" l'année suivante.
(*) les cipayes sont les soldats hindous et musulmans

Développement
Un film qui oscille entre comédie musicale à la "Bollywood" mais infusée dans la tragédie d'un peuple en révolte.

J'ai carrément été envoûtée par ce spectacle qui offre un bel exemple d'amitié entre deux hommes qui n'ont pas la même culture, les mêmes croyances religieuses, amitié rendue possible grâce à la personnalité de nos deux héros :
  • le capitaine Gordon (Toby Stephens) est un homme profondément ouvert à la culture du pays qu'il a adopté en son coeur, parle couramment l'Hindoustani (l'acteur n'a pas été doublé, on reconnaît bien sa voix si caractéristique et que personnellement j'aime beaucoup "oui Toby I love you(r voice)"), respecte le mode de vie et de pensées de ses subalternes, est loyal envers la "Compagny" qui l'emploie, mais pas imbécile : il n'hésite pas à affronter sa hiérarchie en l'invitant à réparer les erreurs commises afin d'éviter une grosse rebellion ; hélas, il n'est pas entendu...n'étant pas de haute naissance, ses compatriotes le prennent d'ailleurs de haut, d'autant qu'il est catholique (les autres doivent donc être protestants, c'est en quelque sorte le "paria" de sa propre communauté)
  • Mangal Pandey (Aamir Khan) est un homme profondément engagé, courageux, fidèle à son officier en qui il a une entière confiance, et il a raison ; cependant, une trahison va compromettre le lien entre les deux hommes : William persuade Mangal que la graisse utilisée sur les cartouches ne provient pas de porc ou de vache comme la rumeur le laisse entendre, ce qui est contraire aux croyances religieuses des cipayes : il faut en effet porter les cartouches à la bouche pour en arracher le bouchon afin d'en verser la poudre contenue dans le canon ; mais William a été abusé sur l'origine de la graisse par ses supérieurs et c'est bien contre son gré qu'il a menti à son ami et à toute la communauté
Mangal (Aamir Khan) et William (Toby Stephens)

Pour nous distraire un peu au coeur de cette tragédie historique, nous avons droit à deux histoires d'amour :
  • celle de Mangal qui défend une jeune esclave prostituée : Heera (Rani Mukherjee) contre la brutalité d'un officier anglais, et qui en tombe amoureux
Heera (Rani Mukherjee)
  • et celle de Jwala (Amisha Patel), une jeune veuve que William sauve du bûcher auquel elle est condamnée par sa famille et qu'il assure de sa protection (puis de son amour)
Jwala (Amisha Patel) et William (Toby Stephens)

Un très beau film, haut en couleurs et en sentiments les plus variés : convoitise face à l'amour, mépris face au respect, trahison face à la loyauté.

Une belle phrase vers la fin que dit Mandal à son ami qui a tenté avec force et passion de le défendre devant le tribunal :
Gordon sahib, you did what you could and I did what I had to (Monsieur Gordon, tu as fait ce que tu as pu et j'ai fait ce que je devais faire)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension