Michel Strogoff (TF1, 1975) [Michael Strogoff]


  • Réalisateur : Jean-Pierre Decourt
  • Adaptation et dialogues : Claude Desailly
  • Genre : historique, adaptation Jules Verne
  • Musique : Vladimir Cosma
  • Année : 1975

générique


L'histoire
Russie. 1875. Les peuples tartares tentent de s'organiser et de se rebeller contre l'autorité du royaume. Moscou, le tsar de Russie (Tibor Tánczos) envoie le capitaine Michel Strogoff (Raimund Harmstorf) prévenir son frère Dimitri, qui règne sur la Sibérie, à Irkoutsk, de l'autre côté du pays. Pour ne pas mettre en péril sa mission de la plus haute importance et ne pas éveiller les soupçons de possibles traitres à la cause des tartares, le tsar demande à Michel Strogoff de voyager sous une identité d'emprunt. Son voyage est bien entendu semé d'embûches, heureusement Michel Strogoff a un courage et une endurance exemplaires qui lui feront vaincre toutes les adversités.

Développement
Voici une des nombreuses adaptations (une dizaine) du célèbre roman de Jules Verne.


Séquence "nostalgie" pour présenter une vieille série vue dans ma jeunesse : quand je dis à ma fille que je regardais cela vers les 11-12 ans et que j'aimais cela, elle n'en revient pas ! C'est une suite télévisée on ne peut plus épique : de l'aventure, des rencontres, de l'humour et de l'amour, et comme c'est la guerre, on a "droit" à quelques cadavres ici et là mais rien de gore.
Michel rencontre Nadia (Lorenza Guerrieri)

  • Si plusieurs personnes veulent la mort de Michel Strogoff, d'autres vont l'aider à se sortir des mauvais pas : Nadia (Lorenza Guerrieri), une jeune fille rencontrée dans un train et qui tente de rejoindre son père, un scientifique exilé politique en Sibérie ; Michel lui propose de la faire passer pour sa femme afin de moins attirer l'attention
  • et deux européens : l'anglais Harry Blount (Vernon Dobtcheff) et le français Alcide Jolivet (Pierre Vernier).

Harry Blount (Vernon Dobtcheff) et Alcide Jolivet (Pierre Vernier)
Son pire ennemi est Ivan Ogareff (Valerio Popesco), un ancien militaire du tsar, emprisonné pour trahison mais qui réussi à s'échapper grâce à sa maîtresse, la gitane Sangarre (Rada Rassimov).
Sangarre (Rada Rassimov) et Ivan Ogareff (Valerio Popesco)
Ogareff est promis à être le leader de la révolte des tartares : il est instruit, clairvoyant, désire la liberté et le progrès de son peuple, mais il a un opposant dans la coalition : Feofar Khan (József Madaras), un tartare "vrai de vrai", du pur et dur nomade "vieille école" qui n'aime pas la modernité ; leurs désaccords vont causer leur perte.
Feofar Khan (József Madaras) et Ivan Ogareff (Valerio Popesco
D'aventure en aventure, voilà Michel Strogoff fait prisonnier et dans le camp, il est reconnu par sa mère qui le trahi bien malgré elle en murmurant son nom. La mère est fouettée à mort et Michel est livré à Feofar Khan qui l'aveugle en lui brûlant les yeux. Enfin, Nadia et lui parviennent à s'échapper du camp et tentent de rejoindre Irkoutsk.
aveugle Michel est aidé par Nadia qui devient ses YEUX
Bien souvent Michel Strogoff est découragé par sa mission : tant de souffrances, de morts, alors qu'au fond, les tartares ne font que vouloir reprendre leurs terres. Nadia lui redonne la force qui lui manque afin qu'il poursuive son voyage, et à la fin, Michel recouvre même la vue.

On appréciera, au passage, le bronzage anachronique de la demoiselle (on aperçoit très bien la marque du bikini lorsque Nadia se baigne dans le fleuve...)

Le roman nous apprend que du coup, le courrier du tsar qui normalement fait le trajet Moscou à Irkoutsk en un peu plus de deux semaines au lieu de 5 pour un voyageur "normal", mettra dans cette histoire plus de 3 mois !

Si la réalisation a bien vieilli, le jeu des acteurs est théâtral, comme l'étaient la plupart des séries et films à cette époque (scènes de combats plutôt molles, expressions peu passionnées, etc...), il y a des moments assez drôles, ma foi, et on peut relever quelques perles de répliques dont je vais donner quelques exemples.
  • (épisode 3) Devant un fleuve à traverser, Harry Blount paye le passeur
- le passeur : si les tartares me tuent cela me fera une belle jambe
- Harry Blount (lui donne un 2ème billet) : alors voilà pour votre veuve
  • (épisode 3) Affamés, les européens ont mangé ce qu'ils trouvaient
- l'anglais : vous ne me ferez plus manger votre "colimaçon" c'était dégoûtant !
- le français : je vous accorde que c'est meilleur cuit
  • (épisode 5) Après une bataille, Blount et Jolivet sont capturés, le français est blessé et l'anglais le soigne
- Alcide Jolivet : je ne vous connaissais pas ces talents médicaux
- Harry Blount : c'est pur sadisme de ma part
- Alcide Jolivet : merci quand même
- Harry Blount : ne me remerciez pas, je déteste les malades alors à moins de les tuer, il faut bien les guérir n'est-ce pas ?
  • (épisode 7) Lors du bal à la fin, lorsque Michel danse avec Nadia
Harry Blount : pauvre garçon, le voilà de nouveau aveugle mais cette fois-ci je parie que c'est pour toute sa vie


Un très bon moment !

3 commentaires:

  1. J'ai adoré ce livre de Jules Verne enfant mais je ne pense pas avoir vu ce film !

    RépondreSupprimer
  2. tu étais trop jeune peut-être :) ce feuileton est passé à la télévision en 75, production européenne avec 4 pays participants : France, Allemagne, Autriche et Belgique, c'est pourquoi le casting des acteurs est si cosmoplite, de mon point de vue, les jeunes d'aujourd'hui trouveraient ça trop "ringard" et je ne pense pas que ça repassera à la télé française de sitôt...par contre chez soi, on est bien libre !

    RépondreSupprimer
  3. Sans oublier la superbe musique de fin:

    http://www.youtube.com/watch?v=71VGeKkpExY

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension