The Secret Garden (1993)


  • Réalisateur : Agnieszka Holland
  • Genre : comédie dramatique
  • Année : 1993
L'histoire
Mary Lennox (Kate Maberly) une petite orpheline quitte l'Inde, où elle est née, après le décès de ses parents morts dans un tremblement de terre, pour l'Angleterre où l'attend Mrs. Medlock (Dame Maggie Smith) la gouvernante de son oncle Lord Archibald Craven (John Lynch) qui l'emmene dans une magnifique propriété où elle va se faire des amis, s'épanouir en cultivant un jardin secret.
Mary chez son oncle à Mistlethwaite Manor
(en réalité Allerton Park)

Développement
Une autre adaptation du roman de Frances Hodgson Burnett
adaptation d'un roman de 1911
écrit par Frances Hodgson Burnett
plus moderne cependant que la précédente que nous venons de voir et de résumer, et qui prend aussi quelques libertés mais qui insuffle de nouveaux décors plus naturels, une nouvelle dynamique dans le jeu des enfants.

Comme pour l'histoire précédente, nous suivons les préoccupations de deux enfants livrés à leur solitude au milieu d'adultes quelque peu indifférents :
  • Mary, petite fille solitaire, repoussée par ses parents, puis déracinée, incapable de prendre soin d'elle-même, de s'habiller toute seule, décide d'abord de faire la "mauvaise tête" avant de radoucir un peu son caractère et de laisser parler sa nature plus généreuse
Mary est prise en charge par Mrs. Medlock
  • et son cousin Colin (Heydon Prowse), cloué à son lit ou à sa chaise roulante, soumis à des "soins palliatifs" désagréables complètement abandonné par son père (John Lynch) toujours en voyage
Mary et Colin
Les deux enfants découvrent que leurs mères étaient jumelles
Les deux soeurs Mrs Lennox et Mrs Craven (Irène Jacob)

Mary présente à son cousin son ami Dickon (Andrew Knott) et tous les trois s'entendent pour garder le secret sur le jardin caché dont ils entreprennent la renaissance.
Dickon, Colin et Mary
Et bientôt, à force d'encouragements de la part de ses amis, Colin parvient à vaincre son handicap et à marcher normalement, à la grande joie et surprise de son père.

Je trouve cette version plus dynamique, un conte merveilleux comme il en existait à "mon époque", du genre des films que l'on voyait à la télévision en fin d'année (pour Noël). C'est un vrai film pas "cul cul" et pas "boum boum" non plus pour les enfants,  et pour ceux qui veulent le redevenir un instant.

2 commentaires:

  1. Tu me donne très envie car j'ai lu livre mais je ne connais pas le film.

    RépondreSupprimer
  2. ça fait du bien de regarder des films de cette génération et de cette nature de temps en temps :)
    (nous venons de voir les enfants de timpelbach et bien j'ai moins aimé !)

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension