Paris, je t'aime (2006)


  • Réalisation : 18 réalisateurs
  • Genre : romance, drame, comédie
  • Année : 2006
  • durée : 2 heures
  • langue : français et anglais avec sous-titres français
L'histoire
Paris est la ville de l'amour : on parcourt l'un à travers l'autre grâce à 18 courts-métrages, un par arrondissement.

Développement
Une impression mitigée de l'ensemble : sympa mais certains courts métrages "ne prennent pas" avec moi. Quand je pense que 2 courts métrages n'ont pas été intégrés au film : ceux du 11è et du 15ème arrondissement, je me demande pourquoi, et cela me laisse un arrière goût amer. D'une part, c'est dommage pour les équipes qui ont travaillé pour les films sans avoir une petite reconnaissance, d'autre part, j'estime que Paris c'est 20 arrondissments et les 11è et 15ème méritaient leur place, d'autant plus que ce sont des arrondissements que j'apprécie beaucoup.

Ce qu'il y a de plus marquant, c'est qu'avec un sujet "libre" comme celui de traiter l'amour, certains réalisteurs font des choses complètement différentes : parfois originales, d'autres fois plus classiques, et certains sont un peu hors sujet... heureusement pour eux que ce n'est pas moi qui note !

Il y a des "perles" : j'ai aimé le 8ème avec l'histoire des vampires, très réussie visuellement et très drôle aussi avec Elijah Wood (Frodon" dans The Lord of the Rings) et Olga Kurylenko (L'annulaire)


J'ai aussi beaucoup aimé Margo Martindale qui joue pour le 14ème arrondissement le rôle d'une touriste américaine solitaire en proie à ses réflexions sur son existence, j'ai bien aimé la façon dont elle parle et son accent français

Chaque court-métrage est complétement indépendant l'un de l'autre, les réalisateurs et les acteurs se suivent et ne se ressemblent pas, seul Wes Craven réalise un film (le 20ème) et fait l'acteur dans un autre (le 8ème). A la fin du film, on aperçoit quelques personnages qui interagissent comme par exemple Juliette Binoche-2ème arrondissement qui croise le regard de Gena Rowlands-6ème).

Un film à voir pour se faire une petite idée des différents aspects de Paris : si j'ai bien reconnu l'esprit de certains quartiers j'ai trouvé que certains courts-métrages étaient complètement passé à côté des décors intéressants.

Une curiosité cinématographique à voir mais dans l'ensemble, rien de transcendant : le lendemain, on a déjà oublié l'histoire racontée dans la plupart des courts-métrages !

Lien externe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension