Melancholia (2011)


  • Réalisation : Lars von Trier
  • Genre : fantastique, catastrophe, psychologique
  • Année : 2011
  • Durée : 2 h
  • Langue : anglais
L'histoire
Justine (Kirsten Dunst) et Michael (Alexander Skarsgård) se marient et arrivent avec deux heures de retard à la fête organisée par Claire (Charlotte Gainsbourg) dans son élégante maison à la campagne. Justine semble un peu perdue par tous ces manifestations (repas, toast, ouverture du bal, coupage du gateau, etc...) et suit bon gré mal gré les petites activités orchestrées par Claire. Bientôt, la fête se délite : la mère (Charlotte Rampling) et le père (John Hurt) s'injurient. Tandis que Claire tente de composer avec les sautes d'humeur des uns et des autres, Justine, que l'on devine facilement dépressive, est prise d'une terrible sensation de peur qui lui colle au corps. Ni sa mère, ni son père, ni sa soeur, ne sont capables de la rassurer cette fois. En observant le ciel, Justine remarque une nouvelle lumière ; John (Kiefer Sutherland), le mari de Claire qui est astronome amateur, explique que la planète Melancholia est en train d'entrer dans le système solaire et doit frôler la Terre dans quelques jours.
Justine, Michael, John et Claire découvrent Melancholia
Développement
Difficile de parler de ce film sans dire ce qu'on ressent et ce qu'on éprouve. Il est long oui, mais très beau, avec un bel esthétisme des images, de ce côté là, nous sommes comblés. L'histoire en elle même est assez sombre : deux soeurs qui n'ont pas grand chose en commun se retrouvent à l'occasion du mariage de l'une organisé chez l'autre. La mariée semble un peu distante de tout ce qui est fait pour elle, comme absente. Pour avoir vécu la chose, je la comprends : le jour de mon mariage, j'étais un peu comme sur une autre planète dans un costume-scaphandre qui me faisait ressembler à une princesse que je ne suis pas et objet de tous les regards ce que je déteste par dessus tout ! J'avais hâte que la journée se termine au plus vite !

Cette nuit de fête de mariage qui aurait dû être une véritable féérie se retrouve le champ d'une mascarade que Justine désire quitter dès que possible : elle se propose pour aller coucher Leo (Cameron Spurr) le petit garçon de sa soeur, elle va prendre un bain alors que tout le monde l'attend, bref, elle n'en fait qu'à sa tête. Quand elle se retrouve avec son mari (Alexander Skarsgård, qui joue le rôle du vampire Eric dans True Blood) elle n'arrive même pas à succomber à ses caresses, elle l'abandonne, cherche à parler à son père, pour finalement faire l'amour à un inconnu sur la pelouse. Le mariage est annulé et la première partie intitulée "Justine", filmée avec une caméra secouée qui suit les protagonistes au plus près de leur chaos, s'achève.

"Claire" sera l'objet de la seconde partie, filmée cette fois avec une caméra plus souple, des plans plus doux et plus immobiles. Quelques temps après la fête du mariage, Claire accueille sa soeur hébétée (on imagine par les médicaments) afin qu'elle se repose et reprenne des forces. Tandis que Justine reprend peu à peu un comportement normal, Claire s'inquiète de voir Melancholia se rapprocher de la Terre. Alors que Justine, fataliste, estime que la Terre est dans le cosmos une hérésie et que ce ne serait pas une grande perte que la Terre disparaisse, Claire s'angoisse vis à vis de son fils : si la Terre disparaît, où Leo pourra t-il vivre ? Tandis que Claire est dépassée par la catastrophe attendue, Justine se révèle plus calme, et va tenter de minimiser l'importance de la mort imminente.

Vous aurez compris que ce film pose pas mal de questions et que l'on a tous une réponse intime. On a tous des convictions et c'est agréable de pouvoir, le temps d'un film, s'adonner à quelques introspections intérieures sur ce qui est ou pas important.

spoiler (sélectionner le texte entre les crochets pour l'afficher)
[La trajectoire de Melancholia et celle de la Terre finissent par se rencontrer et la Terre disparaît devant le trio Leo-Justine-Claire installés dans un tipi formé de quelques branches que Justine appelle "la cave magique".]


Les actrices :
Certes, Kirsten Dunst joue bien et elle a remporté le prix d'interprétation féminine pour ce film (Cannes 2011) mais Charlotte Gainsbourg joue encore mieux ! Sur tous les plans où on la voit Charlotte exprime des sentiments qui sont les plus justes et qui sont aussi ceux que n'importe quelle personne normale peut ressentir : frustation, amour, complicité, compassion, indulgence, rancoeur :
"sometimes, I hate you" (parfois je te hais)
dit-elle à sa soeur qui semble tellement indifférente et à côté de la plaque par son absence de réaction.

J'ai trouvé quelques moments humoristiques, comme celui où l'organisateur de la soirée dit à Claire :
She ruined my wedding. I will not look at her. (elle a gâché le mariage, je ne veux plus la regarder)
et à chaque fois qu'il va croiser Justine, il place sa main comme une oeillère pour éviter de croiser son regard.

Pour finir, Melancholia est un film qui penche plus du côté psychologique que celui du "film catastrophe" même si le sujet est tout de même l'extinction de la race humaine. A voir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension