Whiteout (2009)


  • Réalisation : Dominic Sena
  • Genre : action, policier, suspens
  • Année : 2009
  • Durée : 1h40
  • Langue : anglais
L'histoire
De nos jours, station scientifique d'Amundsen-Scott. La marshall de la station, Carrie Stetko (Kate Beckinsale) enquête sur la mort non-accidentelle d'un scientifique retrouvé à l'extérieur, sans équipement de survie, apparemment jeté d'un avion. Cette macabre découverte attire l'attention des Nations Unies qui dépêchent Robert Pryce (Gabriel Macht) chargé d'aider Carrie à élucider cet assassinat dans un contexte international délicat : c'est le premier meurtre en Antartique, ils seront aidés par le pilote Delfy (Columbus Short). Mais bientôt Carrie est sauvagement attaquée et elle doit laisser "Doc" (Tom Skerritt), le docteur de la station lui amputer deux doigts qui ont gelés tandis qu'elle se battait dehors (par -55° C) contre le meurtier et sans ses gants.

Développement

Adaptation d'une série de bandes dessinées de Greg Rucka (écriture) et Steve Lieber (dessin) parue de juin à novembre 1998 chez Oni Press.
clic pour agrandir
L'histoire en plus L'enquête conduit Carrie, Robert et le pilote Delfy jusqu'à la carlingue d'un avion-cargot russe dans lequel ils découvrent les cadavres des 5 personnes qui étaient à bord dans les années 50, au moment du crash.
Il semble que des scientifiques de la station qui oeuvraient sur ce site aient découvert dans l'avion une cargaison inespérée. Est-ce un produit nucléaire ? Carrie et Robert doivent faire vite pour le trouver : une grosse dépression approche et toute la base doit être évacuée.


Intérêt Bien que ce film n'ait pas reçu de critiques faborables, je l'ai trouvé pas mal du tout : il y a de l'action, du suspens, jusqu'au bout on se demande qui est ami, qui est ennemi, la réalisation est soignée pour ce que j'en ai vu, la musique est juste adéquate : ni trop pesante, ni absente. Rien à signaler si ce n'est un jeu d'acteurs tout à fait correct.

Je regette seulement la scène de la douche du début ! un passage inutile qui ne sert qu'à nous montrer la "plastique" impeccable de Kate Beckinsale qui se déshabille et qui se met à ouvrir l'eau de sa douche en ayant encore son soutien-gorge et sa culotte...(personne de normal ne procède ainsi dans la vraie vie : on se dessape et puis basta).

Pas de petite "idylle" non plus entre Carrie et Robert, bizarre bizarre cela aurait peut-être aidé à faire passer le côté glauque et morbide du reste de l'histoire. Mais bon...après tout Robert est peut-être déjà "casé", ça on ne le sait pas dans le film, on voit juste que ces deux là ne sont pas insensibles l'un à l'autre, mais les choses en restent là.

Un bon moment donc pour ce film d'actions qui nous fait voyager au coeur d'inhabituels paysages blancs et glacés (d'où le titre).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension