Friends and Crocodiles (2005)


  • Réalisation : Stephen Poliakoff
  • Genre : drame
  • Année : 2005
  • Durée : 1h45
  • Langue en VO : anglais

Que raconte l'histoire ?
Années 80. Lizzie (Jodhi May) est embauchée par Paul (Damian Lewis), un golden boy, mécène, toujours entouré de filles et d'un tas de pseudo artistes. Son violon d'Ingres est pourtant l'art urbain : il rêve de contruire des quartiers entiers. Sa maison est un énorme fouilli de toutes ses collections, il demande à Lizzie de l'aider à y mettre de l'ordre, de le pousser à rentrer dans le droit chemin, d'être son mentor. Elle accepte et ces deux là vont toujours rester plus ou moins liés au fil des années, malgré une séparation que Lizzie va décider après un débordement de trop du comportement de Paul, toujours dans l'excès.

Est-ce un film intéressant ?
Un (télé)film absolument MAGNIFIQUE !
Tous les films de Stephen Poliakoff sont à voir, c'est très simple car Poliakoff = bijou, et tout le monde veut voir de beaux bijoux !
Ici, nous pénétrons le monde de l'argent, des affaires, dans le sillage d'un mécène ambitieux, un nouveau Gatsby comme l'appelle l'un de ses amis, mais toujours borderline, qui va finir par se détruire, surtout lorsqu'il va perdre l'influence bénéfique de Lizzie à son encontre.
Paul (Damian Lewis) et Lizzie (Jodhi May)
Lorsqu'au cours d'une soirée le comportement de certains invités dégénère, Lizzie appelle la police. Tout le travail de Lizzie est mis à sac. Celle-ci ne le supportant pas, elle fait la morale à Paul qui lui reproche d'avoir appelé la police, et le quitte en l'abandonnant à son sort. Plusieurs années plus tard, ils se retrouvent. Paul s'excuse pour son comportement. Lizzie et Paul échangent quelques propos au sujet de l'importance de deviner les tendances à venir, d'être toujours un pas devant tout le monde. Ils deviennent associés.
Le propos est vraiment intelligent : j'ai adoré la scène où les apprentis "inventeurs" parlent de toutes les techniques qui, à cette époque, paraissaient utopiques et excentriques, mais que l'on connaît aujourd'hui :  ordinateurs, liseuses, casque visiophone pour jouer sur ordinateur, supermarchés de livres etc... Beaucoup de choses à dire. Sur l'amitié, sur les liens, sur la foi de l'un envers l'autre, sur la capacité à se remettre en question mais aussi savoir faire des choix. Comme toujours, les films de Poliakoff ne laissent personne indifférents : ils obligent à réfléchir et ça fait du bien.
-Lizzie : Vous ne m'avez jamais dit pourquoi vous vous intéressez tant aux crocodiles ?
-Paul : parce que les crocodiles ne meurent pas des coups qu'ils reçoivent.
Les amis sont blessés par les coups de la vie. Prenons soin d'eux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension