Capote (2005)


  • Réalisation : Bennett Miller
  • Genre : drame, biopic
  • Année : 2005x
  • Durée : 1h50
  • Langue en VO : anglais
Que raconte l'histoire ?
1959. New York. Truman Capote (Philip Seymour Hoffman), un célèbre écrivain apprend le meurtre d'une famille du Kansas, les Clutter père, mère, fille et fils. D'emblée, il décide de rédiger un article sur cette affaire et se rend sur place avec une amie d'enfance Harper Lee (Catherine Keener). Progressivement, Truman décide de transformer son article initial en véritable roman, qui deviendra "In Cold Blood" /"De sans froid".
Capote (Philip Seymour Hoffman) et Nelle Harper Lee (Catherine Keener)

Est-ce un film intéressant ?
SUPERBE film que m'a recommandé une amie à qui je confiais ma récente découverte de l'auteur. Je ne suis pas déçue et plus encore. Quelques mois après le drame, Truman Capote décide d'écrire un roman d'un nouveau genre : écrire une "non fiction" sous une forme de roman qui sera une manière d'expliquer les drames de la vie lorsque deux mondes (les pauvres et les plus nantis) s'interceptent. Il est en effet intrigué par le décalage entre la violence de l'exécution de la famille et la personnalité d'un des deux meurtriers : Perry Smith (Clifton Collins Jr.) dont il devient le confident.  Philip Seymour Hoffman est (comme à son habitude) tout à fait convainquant, je ne vois aucun autre acteur capable de rivaliser avec lui pour incarner Capote. Le film ne traite que de très loin le procès, ce n'est pas le sujet. Le sujet est bien le personnage de l'écrivain : la manière dont il s'implique personnellement pour disposer des témoignages précis qui vont lui donner la matière à son écriture. A voir !

Un extrait de la correspondance de Capote au sujet de cette affaire
J’ai fini, ou suis sur le point de finir, la première partie de mon livre, ce qui représente environ 35 000 mots. Le livre entier approchera des 125 000 – soit deux fois plus qu’un livre courant. Et je me demande si le New Yorker pourra le publier. Jamais, de tous les écrivains, je n’aurais cru avoir un jour des problèmes de longueur. C’est d’une écriture tellement serrée. Impossible d’y faire des coupures (j’ai essayé). Si je n’arrive pas à un accord avec Shawn (et je peux comprendre qu’il hésite à consacrer quatre numéros à cette aventure dont la lecture n’aura rien d’un plaisir, encore moins d’un "divertissement" comme on dit), je n’aurai qu’un regret : avoir dépensé en recherches plus de 8000 dollars que je ne récupérerai jamais. Je continue pourtant, sans me poser de questions. Cela peut te paraître prétentieux, mais je me sens impérieusement tenu d’écrire ce livre, même si le sujet me laisse sans force, hébété pour tout dire, horrifié – je fais chaque nuit des cauchemars. Je ne comprends pas comment j’ai pu être aussi insensible et "objectif" dans les premiers temps.

Un plaisir trop bref Truman CAPOTE 
Cette ambiguïté entre le désir de faire son roman et de faire face à sa vie qui continue est bien rendue dans le film, notamment la manière dont Capote insiste auprès de Perry pour qu'il consente enfin à parler de la soirée du meurtre pour que Capote puisse (enfin) achever son bouquin (il lui faudra 4 ans d'écriture). Capote tombe pratiquement dans une dépression au fur et à mesure que la sentence des condamnés à mort est repoussé (on lit la même chose dans sa correspondance "Un plaisir trop bref") et ne se remettra d'ailleurs jamais totalement de cette "expérience" littéraire et d'implication personnelle, In Cold Blood (les titres soulignés mènent à mes critiques des livres) sera son dernier roman achevé, il meurt en 1984 dans sa soixantième année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension