The Lady (2011)


  • Réalisation : Luc Besson
  • Genre : drame
  • Année : 2011
  • Durée : 2h10
  • Langue en VO : anglais
Que raconte l'histoire ?
Oxford, 1998. Michael Aris (David Thewlis) apprend qu'il a un cancer, voilà 3 ans qu'il n'a pas revu sa femme restée en Birmanie. 1988. Aung San Suu Kyi (Michelle Yeoh) qui vit alors en Angleterre rejoint la Birmanie au chevet de sa mère mourante ; son mari et ses enfants la rejoignent, ils assistent à la démission du général en place et sa décison de faire procéder à des élections. Les opposants au régime demandent alors à Aung San Suu Kyi de prendre la tête d'un parti politique pour les prochaines élections (la "ligue nationale pour la démocratie"). C'est alors que le général change d'avis, il refuse de faire procéder à des élections et ordonne même l'arrestation de tous les opposants et interdit tous les rassemblements. Peu après le retour des enfants à Oxford, Michael Aris est expulsé. Aung San Suu Kyi commence alors sa campagne politique dans toutes les provinces pour rallier le peuple à sa cause : décider de son destin et rester pacifique en toutes circonstances.

Est-ce un film intéressant ?
Histoire de découvrir le combat de Aung San Suu Kyi, voilà un assez beau film à voir. Je regrette quand même la longueur du film. Ce qui est montré c'est plus le combat personnel de Aung San Suu Kyi, sa lutte intime sur elle-même, ses propres doutes de femme et de mère qui choisit de rester en Birmanie et d'être la porte-parole du peuple. Devant l'asservissement du peuple et la répression qui est faite à son encontre, elle n'a pas le courage de baisser les bras et de repartir pour l'Angleterre. Elle se doit de garder la tête haute. J'ai trouvé l'interprétation de Michelle Yeoh très émouvante. L'action de son mari resté en arrière n'est pas moindre : on le voit avoir l'idée de proposer la candidature de sa femme pour le prix Nobel de la paix (qu'elle reçoit en 1991), de manière à lui apporter une présence (une existence) sur la scène internationale. Quelques scènes un peu "gore" quand même... Les généraux birmans passent un peu pour des gamins imbéciles, le chef pour un allumé superstitieux (ce qui était peut-être le cas...). Film qui a été fort décrié par les critiques, sous prétexte que le scénario ne collait pas vraiment à la réalité... Ah bon ? "Ils" y étaient peut-être en Birmanie ? Si "The Lady" ressemble à film d'icône, c'est peut-être parce que le personnage représenté en est une. Qu'en savons-nous, nous les "nantis" ?
Rappelons qu'un film a aussi vocation de distraire ou d'éduquer. J'estime pour ma part que c'est chose faite.

Notons que David Thewlis joue deux rôles : Michael et Anthony, son frère jumeau (non vous n'avez pas eu la berlue, j'ai moi aussi hésité tellement l'acteur semble différent de l'un à l'autre personnage).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension