A Room with a View (2007, itv)


  • Réalisation : Nicholas Renton
  • Genre : comédie dramatique
  • Année : 2007
  • Durée : 1h30
  • Langue en VO : anglais
Que raconte l'histoire ?
Florence, 1922. Lucy Honeychurch (Elaine Cassidy) retourne dans l'hôtel où elle a séjourné 10 ans auparavant et où elle recontra l'homme de sa vie. Elle se souvient de l'époque où elle était la jeune touriste chaperonnée par sa cousine Charlotte très "collet monté" qui tenta de mettre un terme à une éventuelle aventure amoureuse avec le jeune George (Rafe Spall) rencontré à la pension où ces dames séjournaient.

Est-ce un film intéressant ?
Après le film de 1985, voici une seconde adaptation du roman de de EM Forster, que je trouve très réussie. L'histoire est légèrement déplacée de l'époque Edwardienne (1901-1910) à celle de la première guerre mondiale (1912-1922) et la dimension de l'histoire d'amour prend une connotation dramatique dès le début, on le comprend aisément. Ce téléfilm est beaucoup plus "féministe" : les femmes y ont plus de dialogue : elles s'expriment et ne se laissent pas en promettre. Lucy est très attachante, balancée entre sa découverte de l'art italien (les nus) et l'attirance inexpliquée qu'elle éprouve envers le jeune George, si libre, si expressif, ni naturel dans ses sentiments.

Notons une distribution remarquable (ce qui à mes yeux justifie la réussite de ce téléfilm) :
- Sinéad Cusack (la mère possessive de John Thornton dans la série North and South) dans le rôle de la romancière
- Mark Williams (le père de Ron le meilleur ami de Harry Potter) dans le rôle du révérend Beebe
- Timothy Spall (le traître Peter Pettigrew transformé en rat dans les Harry Potter) est le père de l'acteur qui joue le rôle de George (Rafe Spall)
- Sophie Thompson (Miss Bates dans Emma 1996) dans le rôle de Charlotte Bartlett la cousine
et - Elaine Cassidy apporte une belle fraîcheur au personnage de Lucy et une modernité tout à fait touchante. Enfin, dans ce film, elle montre quand même plus de "passion" envers George : elle lui rend ses baisers, on comprend mieux son "affolement" et son indécision sur le choix de son futur mari.

Un téléfilm qui ne démérite pas et que je recommande ! Un très beau spectacle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension