Total Recall (2012)


  • Réalisation : Len Wiseman
  • Genre : action, anticipation
  • Année : 2012
  • Durée : 2h00
Que raconte l'histoire ?
Après plusieurs conflits mondiaux chimiques, la Terre est devenue inhabitable sauf sur deux régions : la plus puissante est l'Union Fédérale Britannique (grosso modo l'Europe de l'ouest) et la Colonie (l'Australie) où vivent les ouvriers qui chaque jour partent travailler de l'autre côté du monde en utilisant "la chute", une sorte de gigantesque ascenseur qui permet de rallier les deux zones en 17 mn. Doug Quaid (Colin Farrell) est l'un des ouvriers à la chaîne qui chaque jour part de La colonie pour travailler en Union Fédérale Britannique. Depuis quelques temps, il fait des cauchemars et sa femme Lori (Kate Beckinsale) se montre incapable de le rassurer.
Doug Quaid (Colin Farrell) prêt à se faire injecter de nouveaux souvenirs
Lorsqu'il entend parler de la société Rekall qui permet l'implantation de souvenirs choisis, il s'y rend mais le processus est interrompu, le technicien affirme qu'il est un espion et la police ne tarde pas à surgir pour l'arrêter ; Quaid décide de s'enfuir.

Est-ce un film intéressant ?
Après l'inoubliable "Total Recall de 1990" (que personnellement j'aime beaucoup) voici une seconde adaptation de "We Can Remember It for You Wholesale", une nouvelle de Philip K. Dick parue en 1966.

Moins d'humour dans ce 2ème film, plus d'action, et un scénario assez différent, mais j'ai aimé, tout en regrettant des "courses poursuites" un peu répétitives. Les décors sont fabuleux, j'ai adoré la technique de "La chute", cette espèce d'ascenseur qui traverse le globe terrestre en passant à proximité du noyau (on peut rêver !).

Nous avons donc notre simili espion qui a tout oublié de son passé d'agent secret, en proie à son problème d'identité, il est aidé dans sa recherche par Melina (Jessica Biel) en qui il reconnaît la femme qui hante ses rêves, et qui l'aide à déterminer "ce que son coeur lui commande".

Du grand spectacle, à réserver pour les amateurs du genre (on peut aimer Jane Austen et la SF, la preuve !).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires seront validés par l'administrateur de ce site avant d'être publiés, merci pour votre compréhension